Plan général de l'exposition universelle de Roubaix en 1911

Plan général de l'exposition universelle de Roubaix en 1911
Ce plan montre l'étendue de l'Exposition Universelle de Roubaix en 1911. Celle-ci était installée aux abords du parc Barbieux et du nouveau Grand Boulevard de Lille à Roubaix et Tourcoing (sur la branche entre le Croisé Laroche et Roubaix). Cette manifestation internationale fut implantée sur les territoires des villes de Roubaix et de Croix dans les quartiers actuels de la Duquenière, du Créchet et du Fer-à-cheval. Une partie des installations avaient trouvé place dans le parc Barbieux lui-même (Gilbert Sayet tome 1 page 86 Collection privée ©)

Le VILLAGE SENEGALAIS






Dans le dernier tiers du XIXe siècle, se multiplient dans la région Nord-Pas-de-Calais, les expositions coloniales et les exhibitions ethniques de populations issues de l’Empire colonial. Différentes troupes, sous la forme de « villages noirs » ou de spectacles anthropo-zoologiques, font étape dans des grandes villes du Nord, comme à Lille en 1889 où l’exposition « Gabon-Congo » rencontre un important succès populaire. En 1897, Valenciennes accueille une troupe africaine. De nouveau, à Lille, en 1902, une troupe d’Africains est exhibée dans le cadre de l’Exposition internationale du Nord. En 1904, Arras reçoit l’Exposition du Nord de la France où deux attractions permanentes recueillent les faveurs du public : un village sénégalais et le pavillon algérien.




Enfin, la présence des colonies à l’Exposition internationale du Nord de la France à Roubaix en 1911 bénéficie d’une médiatisation sans précédent et d’une surface exceptionnelle pour une exposition provinciale. 


Photo de Jacques Bauchart : Diaporama en cire d'un village sénégalais 



Un million sept cent mille visiteurs se pressent à l’Exposition pour y découvrir le « village sénégalais ». Là, cent-dix hommes, femmes et enfants, originaires de la côte sénégalaise ou de la vallée du Niger, « vivaient » et « travaillaient » devant le public, sous l’œil du « chef de village ». En 1911, le Nord de la France rivalise grâce à cette manifestation avec les villes de Paris (1906 et 1907), Bordeaux (1905), Marseille (1906), Le Havre ou Nancy (1909) dans l’engagement colonial et la passion pour ces mondes ultra-marins.


Le chef sénégalais du village 


Les 110 Sénégalais avaient été acheminés par bateau au départ de Dakar. Un voyage en train les amena du Havre jusqu’à Roubaix le 2 mai. C'est seulement le 6 mai qu'eut lieu l'inauguration officielle du Village Sénégalais en présence de leur chef Mamadou Seck.



Mamadou Seck, le chef du Village Sénégalais




Le 21 septembre 1911, une fête particulière s'est déroulée au sein de l'Exposition Internationale de Roubaix dans le village sénégalais avec le couronnement de Boup 1er. Une carte postale a été éditée cette occasion. Ci-dessous deux photos prises par Jacques Bauchart lors de cette cérémonie.




La série de cartes postales, du village Sénégalais, de l'Exposition Internationale de Roubaix en 1911, publiée par l'éditeur Laffineur Samin de Hautmont comporte 25 vues.  


En voici la liste actualisée :
1 - Les Tam-Tam
2 - Les Lutteurs,
3 - Les Tailleurs,
4 - Groupe de Femmes,
5 - Les Tisserands,
6 - ?,
7 - Le Dessinateur,
8 - Les Coras,
9 - Une partie de Dame intéressante,
10 - Les Toucouleurs,
11 - Les Bijoutiers,
12 - Groupe de Jeune Gens,
13 - Le Chef,
14 - Les Piroguiers,
15 - Le Lavoir,
16 - La Mosquée,
17 - L'Ecole,
18 - Un Groupe d'Enfants
19 - Les Cordonniers,
20 - Un Groupe de Femmes,
21 - Les Coras,
22 - La Cuisine,
23 - La salle de divertissement
24 - Les Plongeurs
25 - Les Plongeurs.


Une seule carte reste inconnue : Elle porte le numéro 6. Merci aux nombreux visiteurs de ce site de continuer à nous aider dans les recherches.


1 Les Tam-Tam




2 Les Lutteurs 



3 Les Tailleurs



4 Groupe de Femmes


5 Les Tisserands 


7 Le Dessinateur


8 Les Coras


9 Une partie de Dame intéressante


10 Les Toucouleurs


11 Les Bijoutiers


12 Groupe de Jeunes Gens


13 Le Chef


14 Les Piroguiers


15 Le Lavoir


16 La Mosquée


17 L'Ecole


18 Un Groupe d'Enfants


19 Les Cordonniers


20 Groupe de Femmes


21 Les Coras


22 La Cuisine


23 La Salle de Divertissements


24 Les Plongeurs


25 Les Plongeurs



Ci-dessous des vues générales du village sénégalais à l'Exposition de Roubaix en 1911 prise par Jacques Bauchart








Au dos de la carte des piroguiers (n°14) figure ce texte : " Exposition de Gand 1913. Mon ami tous les Sénégalais du Village vous salue et t'attend pour danser Grand Bal blanc et noir Dimanche 27 juillet de 7 à 11 heures. Fais toi bien Joli nous Aussi. Bien bonjour de tout le Village. "

Ci-dessous une carte peinte par un sénégalais - sans doute le dessinateur - lors de l'Exposition de Roubaix 1911 (Collection personnelle)




Généralement, dans les expositions universelles, internationales et/ou coloniales, les villages indigènes étaient organisés par les autorités elles-mêmes. Mais il est aussi arrivé que l’on fasse appel à des promoteurs privés. Dans ce cas, même s’il fonctionne comme une attraction séparée et payante, le village reste très liés à l’exposition. Tout d’abord, par son emplacement, au sein de l’exposition, mais également parce que son programme était souvent lié au programme de l’exposition universelle et/ou coloniale. (Inaugurations, fêtes, visites officielles…). Enfin, nombres de villageois se retrouveront sur le palmarès final des récompenses à la fin de l’exposition, au titre du groupe 17 « colonisation » de la classification internationale en vigueur. [1] 


La première exposition universelle fut présentée à Londres en 1851. Elle se voulait la vitrine technologique et industrielle des différentes nations participantes, haut lieu de la modernité afin de témoigner du progrès de la Révolution Industrielle et de l’expansion des empires coloniaux. En France, la première exposition fut celle de Paris en 1855. Concernant les sections coloniales, Bordeaux fut la première ville à introduire une section coloniale dans une exposition officielle en 1850, exposition qui avait été organisée par la Société Philomathique de Bordeaux. D’autres expositions en feront de même (Bordeaux en 1854, 1859, 1865, 1882 ; Nantes en 1861 ; Le Havre en 1868 ; Paris en 1878 pour l’Exposition Universelle, ainsi qu’en 1889 ; Cherbourg en 1879 ; Rochefort en 1883…) [2]  


Dès 1906, en dehors du cadre des Expositions Universelles et dans l’esprit des expositions précédemment citées, l’Etat prendra en charge l’organisation de manifestations à vocation strictement ou principalement coloniale. La première se déroulera à Marseille. Elle attirera, entre avril et novembre, 1 800 000 visiteurs qui pouvaient voir une cinquantaine de pavillons, répartis sur 24 hectares, au niveau du rond-point du Prado, entre les boulevards Michelet et Rabatau. Les expositions coloniales illustrent le concept de la mission civilisatrice de la France, développé par Jules Ferry. 


Le Rapport final de Sayet [3] concernant l’exposition de Roubaix, et plus précisément les villages, en 1911 nous dit : 
« On s’imagine difficilement à quelle organisation se rattache ce genre d’exhibition et ce qu’elle représente d’effort réel, de dépenses, de préoccupations, de formalités administratives et de responsabilités, financières et morales. De même, on ne sait pas quelles conséquences civilisatrices quel pouvoir d’expansion coloniale, quelles vertus pacificatrices, chacune d’elles peut avoir lorsque les indigènes ont regagné, sous la même autorité qui les amena leur lointain pays d’origine. Les troupes sont en effet rapatriées et renouvelées chaque fois, ce qui donne à une assez grande quantité d’individus les bénéfices de ce voyage et de ce séjour en un pays civilisé, ou ils viennent s’instruire et peut-être aussi instruire. Il faut voir en effet, en dehors de leur caractère, de leurs habitudes et de leurs mœurs, leurs aptitudes et leurs goûts, et c’est assez souvent par leurs intermédiaires que certaines industries, comme celle des tissus, se sont créé des débouchés aux colonies. On peut croire aussi que ces gens qui rentrent chez eux avec un certain pécule sont des agents précieux de colonisation et qui ne peuvent que répandre autour d’eux des légendes merveilleuses sur l’état de civilisation, sur la beauté des vies, des monuments et des institutions françaises. Ayant habité pendant de long mois des cases propres et claires, ces pérégrins sont possédés de l’envie d’un foyer plus confortable et, leur argent aidant, ils ne tardent pas à substituer à leur paillote une habitation plus élégante que les voisins imiteront par envie légitime ou par esprit d’émulation. Comme les exemples se multiplient par progression géométrique, on peut affirmer, sans paradoxe, qu’il n’en faut pas davantage pour améliorer l’aspect, l’existence et l’hygiène d’une colonie. Dès qu’un homme, même primitif, a goûté à la civilisation française, il n’a de cesse qu’il n’ait conquis le droit au confort, la joie d’une vie plus large, qui sont ces avantages les plus immédiats. Et le voilà pénétré de cette ambition, prêt à demander au travail ce progrès de son propre sort, mettant à l’œuvre son génie industrieux et sa ténacité muette d’homme simple. »


Bouvier est décrit comme un « organisateur d’expositions ethnographiques coloniales ». En 1898 il sera le second de Gravier à Dijon et se lancera seul dans l’entreprise en 1903 où il sera le directeur du village indigène de Reims, avec Vigé. Dès l’année suivante, en 1904, il s’associera à Tournier pour présenter un spectacle à Arras intitulé « Afrique sauvage ». Ils collaboreront dans cette affaire jusqu’en 1911. Tournier dirigera en 1925 un dernier village qui sera présenté à Lausanne, puis à Zurich la même année ; quant à Bouvier il arrêtera sa carrière un peu plus tard, en 1928, en offrant à Brest le troisième village indigène (et le dernier) que cette ville ait reçu. 


Liste des villages indigènes de Bouvier :
- 1898 Dijon 
- 1903 Reims 
- 1904 Arras, spectacle « Afrique sauvage » 
- 1905 Liège 
- 1906 Amiens 
- 1908 A la Franco-British Exhibition 
- 1909 Nancy 
- 1911 Roubaix 
- 1924 Strasbourg 
- 1926 Au zoo de Bâle, Suisse 
- 1928 Brest

[1] BERGOUGNOU J.M., Villages noirs et autres visiteurs africains et malgaches en France et en Europe (1870 – 1940), Paris, Karthala, 2003, 356 p. p.127 
[2] C. LOZERE, Bordeaux colonial de 1850 à 1940, article paru sur http://etudescoloniales.canalblog.com 
[3] SAYET, Exposition Internationale du Nord de la France, Roubaix, 1911, Rapport Général, 2 tomes 
[4] BERGOUGNOU J.M., Villages noirs et autres visiteurs africains et malgaches en France et en Europe (1870 – 1940), Paris, Karthala, 2003, 356 p.